Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LivRacine

Histoires de livres, de lectures et d'écriture.

POESIE ET AUTRES FABULATIONS

Publié le 10 Janvier 2013 par Racine Assane Demba in Littérature

 

Un poète dont le cœur est brisé par une femme est un poète chanceux, rien n’est plus beau que d’écrire sa souffrance. Les vers qu’une femme inaccessible arrache au cœur saignant d’un homme perdu sont ceux qui donnent les plus belles chansons, ceux qui amènent, en même temps, les larmes et le sourire.

Que la torture d’avoir le cœur en mille morceaux soit une bénédiction pour lui n’est, pourtant, peut-être pas si vrai que cela en a l’air. Ou bien alors si, c’est vrai, mais pas toujours. Un homme dont les vers destinés à l’amour perdu annoncent le suicide imminent n’est pas un homme chanceux, quoique...

La mort surprend le poète, tout comme la vie d’ailleurs. Il est si différent, si naïf. Elle le surprend avec une atrocité telle que s’il avait pu écrire d’outre tombe, il nous aurait donné le plus beau poème qui soit.

Elle le surprend, encore plus, en ensevelissant, en un éclair, ses amours; qu’elle est venue arracher à sa chair. Senghor et Hugo, écrivant avec le sable recouvrant les êtres qui leur étaient le plus cher, nous ont offerts « Elégie pour Philippe Maguilen Senghor » et « Demain dés l’aube ». Etaient-ils chanceux d’avoir pu assouvir (encore), par ces drames personnels, ce besoin insatiable, cette blessure narcissique du poète qui le poussent à toujours vouloir exprimer, exposer son talent ? Le fait seulement de poser la question semblera, pour beaucoup, bien déplacé.  Certains romantiques, cependant, trouveront plus poétique de répondre par l’affirmative.

Ceux là, à cause certainement de leur « lyrisme cynique », me seront fort sympathiques. Je n’en ramerai pas moins à contre courant d’eux car étant convaincu qu’il y a moins de poésie à produire un chef-d’œuvre par le souvenir ou sur les cendres d’un être aimé qu’à se contenter d’être, chaque jour, plus touché par son regard, plus ébloui par son sourire.

 

 

POESIE ET AUTRES FABULATIONS
Commenter cet article