Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LivRacine

Histoires de livres, de lectures et d'écriture.

Mon frère Gémeaux

Publié le 30 Décembre 2012 par Racine Assane Demba in Littérature

 

Lire: « Vendredi ou les limbes du pacifique », le roman-pardon le tour de magie- de Michel Tournier, en étant un gémeaux, n’est déjà pas anodin. Si en plus votre frère, le seul avec qui vous partagez la même maman, est lui aussi gémeaux-né un 24 mai et vous un 27- vous devez, peut-être, vous inspirer de ce qu’a écrit Tournier à propos de votre signe commun pour, à votre tour, écrire le texte suivant-appelez le déclaration, témoignage ou tout ce que vous voulez d’autre-afin de dire à votre frère, ceci :

«Dans l’œuf de Léda fécondé par le Cygne jupitérien, les Dioscures sont nés, gémeaux de la Cité solaire.

Ne sommes nous pas, toi et moi, des gémeaux ?

Si, nous le sommes, et cela veut tout dire.

Les gémeaux sont, en effet, plus intimement frères que les jumeaux humains parce qu’ils se partagent la même âme. Les jumeaux humains sont plu ranimes. Les gémeaux sont unanimes. Il en résulte une densité inouïe de leur chair deux fois moins pénétré d’esprit, deux fois moins poreuse, deux fois plus lourde et plus chair que celle des jumeaux. Et c’est de là que viennent leur éternelle jeunesse, leur inhumaine beauté. Il y a en eux du verre, du métal, des surfaces brillantes, vernissées, un éclat qui n’est pas vivant. C’est qu’ils ne sont pas les chainons d’une lignée qui rampe de génération en génération à travers les vicissitudes de l’histoire. Ce sont des Dioscures, êtres tombés du ciel comme des météores issus d’une génération verticale abrupte. Leur père le soleil les bénit et sa flamme les enveloppe et leur confère l’éternité.

Entre nous donc, mon plus que jumeau, point besoin de communiquer pour communier. Je n’ai jamais pris le temps de m’arrêter entre mes petites blagues, nos discussions foot et autres palabres autour de notre fidèle  amie, celle qui nous a mis au monde, pour te dire à quel point tu comptes pour moi. Peut-être parce que chez nous l’amour ne se dit pas, il se sent, il se vit, il est d’une si belle évidence. Mais aujourd’hui j’ai décidé -peut être est ce l’effet Tournier- que ce qui va sans dire ira mieux en disant : je t’aime cher frère gémeaux». 

 

Mon frère Gémeaux
Commenter cet article