Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LivRacine

Histoires de livres, de lectures et d'écriture.

LES LIVRES DU JOOLA

Publié le 23 Octobre 2012 par Racine Assane Demba in Hommage

Depuis le naufrage du Joola des ouvrages ont été publiés en mémoire aux victimes pour témoigner de l’ampleur du drame et dire plus jamais ça. Les plus retentissants ont sans doute été ''Aux victimes du bateau Le Joola'' de Nassardine Aidara et ''Le Sénégal entre deux naufrages ? '' d’Almamy Mamdou Wane. Deux autres livres parus pour la célébration des dix ans de la tragédie ''Le naufrage du Joola. Dix ans après : chants pour les morts et les survivants'' de Charles Becker et ''Souviens-toi du Joola. Témoignage d'un rescapé en mémoire des 2000 victimes abandonnées'' de Patrice Auvray seront certainement à classer à côté des deux premiers.

Le 26 Septembre 2002 le bateau Le Joola, chargé de la liaison Dakar-Ziguinchor, coulait au large des côtes gambiennes , faisant au moins 1863 victimes. C’est à ce jour la plus grande catastrophe de l’histoire de la navigation maritime.

Un an plus tard Nassardine Aidara, un homme qui a perdu quatre enfants dans cette tragédie exprimait sa douleur dans un ouvrage intitulé simplement : ''Aux victimes du bateau Le Joola''. Il y raconte ses enfants partis trop tôt qui avaient toute la vie devant eux, ses espoirs de voir les responsabilités situées ainsi que sa préoccupation liée au risque que ce douloureux évènement finisse par passer aux oubliettes. Aujourd’hui, dix ans après , Aidara qui n’a jamais voulu prendre d’indemnité venant de l’Etat car ses « enfants ne sont pas à vendre » s’active en ce sens en tant que coordonnateur du comité d’initiative pour l’érection d’un Mémorial-Musée le Joola. L’un de ses souhaits les plus ardents eest que l’épave du bateau soit renflouée.

Almamy Mamdou Wane quant à lui n’a certes pas vécu, comme Aidara, la tragédie dans sa chair mais à l’image de tout sénégalais il s’est dit atteint et interpellé par ce qui s’est passé dans cette nuit du 26 au 27 septembre 2002. Il s’est dit aussi scandalisé par ce « nœud de responsabilités et d’irresponsabilités déguisé en fatalité », il note que : « Les sénégalais avaient, en 2000, massivement voté pour le changement, l’alternance en portant au pouvoir Abdoulaye Wade, mais la tragédie du Joola et son traitement par le président montrent que c’est l’alternance qui fait naufrage ». D’où ce titre évocateur : ''Le Sénégal entre deux naufrages ? ''

Dans la quatrième de couverture de ''Le naufrage du Joola. Dix ans après : chants pour les morts et les survivants'' de l’historien et anthropologue français Charles Becker on peut lire ceci : « Ce livre est un hommage aux morts et aux survivants du naufrage du Joola, survenu dans la nuit du 26 au 27 septembre 2002, vers 23 heures, au large des côtes gambiennes. Les deux parties de l'ouvrage honorent les victimes en les unissant dans des chants, d'abord sous la forme de poèmes écrits pour la plupart peu de temps après le drame, dans l'émotion, sous le choc des événements ; ensuite, en épelant tous les noms figurant sur la liste détaillée que l'auteur a contribué à établir, pour servir de litanie incantatoire invoquant les disparus et les rescapés et les sauvant ainsi de l'oubli. Les poèmes représentent des invocations, des dialogues avec les morts et les survivants. Beaucoup sont très personnels et liés à des images précises, ineffaçables, qui restent aussi émouvantes dix ans après qu'aux jours mêmes du drame. Ils expriment aussi une certaine colère et l'exigence d'une justice. Le rappel des prénoms et des noms des 1 864 victimes, de leur âge, de leur filiation et leur profession, rassemblés dans une liste unique, est destiné à graver tous ces noms pour toujours dans la mémoire.

Ce livre n'est donc pas d'abord un essai historique sur les faits ou une étude sur la catastrophe, ses circonstances et ses causes, ou sur les responsabilités engagées, mais un appel grave, affirmant l'exigence de ne pas oublier, de continuer à accompagner les familles dans leurs deuils, en soutenant leur demande de vérité et de justice. »

Chez Patrice Auvray, l’un des 64 survivants du naufrage, dont l’ouvrage ''Souviens-toi du Joola. Témoignage d'un rescapé en mémoire des 2000 victimes abandonnées'' parait en même temps que celui de Becker la démarche et les motivations du récit sont expliquées ainsi : « un serment fait aux victimes et à leurs familles, celui de ne jamais les oublier, de ne jamais oublier cette tragédie. Le voudrait-il, comment Patrice pourrait oublier la disparition de Corinne sa compagne ? Comment pourrait-il oublier cette nuit invraisemblable sur la coque retournée face aux pêcheurs qui attendent des militaires l'autorisation de récupérer les survivants ? Comment pourrait-il oublier les centaines de

personnes prisonnières des entrailles du navire et qui n'auront pas été secourus ? »

Dans les quatre livres, apparait une préoccupation commune : l’exigence d’une justice. Cette exigence que les autorités sénégalaises semblent reléguer au second plan et qui a fait qu’après une plainte de familles de victimes en France, la justice française ait décidé de lancer des poursuites à l’encontre de nombreuses personnalités sénégalaises occupant des postes de responsabilité au moment du drame. Parmi elles on peut citer l’ancien Premier Ministre Mame Madior Boye et le Général Babacar Gaye ancien Chef d’Etat Major Général des Armées sénégalaises.

LES LIVRES DU JOOLA
Commenter cet article